Abécédaire de Pédiatrie
11e édition
ou "Comment éviter les grosses erreurs" en pédiatrie
Accueil
Avant-Propos
L'Abécédaire
A B C D E F G H I
L M N O P R S T V

Consultation pédiatrique
Les temps du médecin
Liens
Lectures
Recevoir un exemplaire
Rester informé
Version PDF
Auteurs

Alimentation

  • Lait maternel à privilégier jusqu’à 6 mois au moins si possible... Mais le choix est difficile à influencer et l’allaitement difficile à poursuivre si longtemps. Au-delà de 4-5 mois, diversification, comme pour l’allaitement artificiel.
  • À défaut, Lait pour nourrisson jusqu’à 5 ou 6 mois (diversification), de suite jusqu’à 12 mois, 500 ml/j de lait de croissance jusqu’à 2 ou 3 ans (ou l’équivalent en laitages « de croissance » enrichis en fer et acides gras essentiels).
    Le lait de croissance n’est, en fait, pas différent du lait de suite, qui peut donc être poursuivi jusqu’à 3 ans avec l’avantage de ne pas contenir de vanille, ce qui est préférable pour la cuisine salée... Actuellement il existe des laits de croissance en poudre sans sucre et sans vanille. Les laits de croissance produits par les marques d’alimentation infantile sont préférables aux laits de croissance des enseignes de la grande distribution.
  • Pour le jeune nourrisson : la quantité de lait moyenne indicative par jour peut être calculée selon la formule suivante : poids (g)/10+250 en 6 à 4 biberons selon l’âge (exemple 5000 g/10+250 = 750 ml pour un enfant de 5 Kg). Pour le grand nourrisson diversifié, les biberons et les repas atteignent 210 à 250 g 4 fois par jour. Ces quantités correspondent à un ordre d’idée, et non à ce que le nourrisson doit boire absolument (risque de pression alimentaire de la part de certains parents, et d’anorexie de l’enfant forcé). Le « juge de paix » des calories ingérées est la courbe de poids : 25 g/j le premier trimestre, 20 g le second, 15 le troisième.
Alimentation de l'enfant
  • Légumes et fruits introduits progressivement (dans l’idéal avant l’arrêt de l’allaitement) dans un repas à partir de 4-5 mois, dans deux repas vers 6-7 mois, viande, poisson, œuf (blanc et jaune) cuit à 5-6 mois, dans un seul repas. Les céréales infantiles ne sont pas indispensables chez le nourrisson (ne font pas dormir les nourrissons la nuit !) mais utiles pour leur apport en fer, elles peuvent être intégrées à un repas dans le cadre de la diversification (utiles pour augmenter la consistance du premier repas et habituer le nourrisson et futur enfant à prendre un petit déjeuner). L’introduction progressive du gluten étant conseillée entre 4 et 6 mois, opter rapidement pour des céréales avec gluten.
    Les jus de fruit ne sont pas indispensables, les boissons sucrées sont à proscrire (sodas, sirops et jus de fruits, même « sans sucres ajoutés »).
  • Les conseils qui visaient à retarder les aliments potentiellement allergisants et le gluten au-delà de 6 mois ne sont plus d’actualité.
  • L’alimentation à la cuiller est à introduire progressivement selon la réaction de l’enfant, lors de la diversification : souvent acceptée entre 6 et 9 mois, parfois avant. Les petits morceaux sont proposés vers 9-12 mois.
  • Penser à faire boire, de l’eau. Toujours adaptée pour les nourrissons et petits enfants. L’eau du robinet peut, le plus souvent, être proposée (vérifier sur la facture d’eau la teneur en nitrates et en fluor). Attention à certaines marques qui commercialisent différentes sources, dont certaines ne sont pas recommandées pour les petits (Une marque très répandue avec même emballage a 22 sources différentes).

- Voir à Erreurs alimentaires, Anorexie et à Allaitement maternel.

anses.fr (Préparation des biberons, recommandations pour l’eau)
sfpediatrie.com
espghan.med.up.pt (recommandations Européennesdiversification)

mise à jour : 2013-04-10




Valid HTML5

haut de la page