Abécédaire de Pédiatrie
11e édition
ou "Comment éviter les grosses erreurs" en pédiatrie
Accueil
Avant-Propos
L'Abécédaire
A B C D E F G H I
L M N O P R S T V

Consultation pédiatrique
Les temps du médecin
Liens
Lectures
Recevoir un exemplaire
Rester informé
Version PDF
Auteurs

Eczéma atopique

Le diagnostic est clinique, il n’est pas d’examens complémentaires utiles en première intention. Pas de régime d’épreuve. Exploration allergologique si : dermatite atopique grave rebelle, stagnation staturo- pondérale, association probable avec allergie alimentaire ou respiratoire. Explorations discutées si début précoce, ATCD familiaux sévères, manifestations digestives. L’effetdesrégimesd’évictionestinconstant,peut-êtreplusnetdansl’eczémasévèredujeunenourrisson. Maladie qui se voit, donnant donc lieu à de multiples dérives et avis contradictoires : régimes d’éviction sans preuves, prescription de laits végétaux de substitution, utilisation de pommades aux huiles non purifiées, collier d’ambre...
La peau est sèche (xérose) il faut l’hydrater et le traitement essentiel est l’utilisation d’émollients matin et soir, assorti de conseils sur la température du bain (33° ou douches tièdes), de la chambre (19°) et le port de vêtements (coton)
La peau comporte des zones inflammatoires, prurigineuses (souvent aux plis), qui nécessitent l’utilisation de dermocorticoïdes (par exemple : une fois par jour jusqu’à la guérison et dès la rechute). Cette prescription, consensuelle, nécessite une explication du médecin qui doit lutter contre la corticophobie, très fréquente dans l’eczéma. Attention aussi à l’abus : faire compter les tubes. Les inhibiteurs de la calcineurine (tacrolimus local) au-delà de 2 ans (prescription par dermatologue ou pédiatre) sont une alternative aux dermocorticoïdes.

 

Attention aux infections par virus Herpès (simplex ou varicelle) dans les eczémas sévères, mettre en garde contre le contage.

sfdermato.org

mise à jour : 2013-04-09




Valid HTML5

haut de la page