Abécédaire de Pédiatrie
11e édition
ou "Comment éviter les grosses erreurs" en pédiatrie
Accueil
Avant-Propos
L'Abécédaire
A B C D E F G H I
L M N O P R S T V

Consultation pédiatrique
Les temps du médecin
Liens
Lectures
Recevoir un exemplaire
Rester informé
Version PDF
Auteurs

Hanches (luxation congénitale)

Le dépistage de la luxation congénitale de hanche est un temps essentiel de l’examen pédiatrique : l’examen des hanches doit être pratiqué régulièrement, lors de tous les examens (obligatoires et autres) jusqu’à l’âge de la marche, et pas seulement en période néonatale +++
Il existe actuellement un consensus sur la stratégie du dépistage : qui ? Comment ?

  1. l’examen clinique est essentiel. Il doit être réalisé sur un enfant détendu et recherchera :
    - Une asymétrie ou une limitation de l’abduction des hanches, qui représente un signe d’alerte très important (particulièrement après le 2e mois) ; une asymétrie des plis, signe classique, a moins de valeur. - Par ailleurs, on recherchera une instabilité de hanche (soit un ressaut - c’est le signe d’Ortolani - , soit un piston - c’est le signe de Barlow - un peu plus difficile à chercher et retrouver). Celle-ci confirme le diagnostic. Un craquement de hanche est fréquent et sans valeur pathologique.
  2. ® L’imagerie ne doit pas être réalisée systématiquement, mais dans des situations précises :
    • Lorsque l’examen clinique est anormal ou « douteux »
    • Lorsque l’examen clinique est normal mais qu’il existe un « facteur de risque » : leur liste arrêtée à ce jour est la suivante : antécédents familiaux caractérisés, présentation du siège (indépendamment du mode d’accouchement), signe de conflit intra utérin important (torticolis ou genu recurvatum)
    • Le sexe féminin, une malposition simple des pieds ne sont pas des facteurs de risque.
  3. ® Quelle imagerie ? Dans les 3 premiers mois c’est l’échographie qui doit être réalisée, idéalement vers la 5e semaine de vie, (terme corrigé). Au-delà de 3 mois, la radiographie reprend ses droits.
  4. Il est recommandé en cas d’anomalie de prendre l’avis d’un spécialiste qui assurera le traitement éventuel. Un traitement « postural » (par lange câlin, culotte d’abduction, harnais de Pavlik) sont des méthodes légères en apparence mais délicates à appliquer ; elles relèvent d’un chirurgien orthopédiste. Plus le diagnostic de luxation est tardif, plus le traitement est lourd et difficile.
  5. Enfin, ne pas manquer de transcrire toutes ces constatations dans le Carnet de Santé de l’enfant, assez sommaire quant au volet orthopédique !

- Conférence de consensus Novembre 1991 sur le dépistage de la LCH, Archives Françaises de Pédiatrie, 1992, tome 49, pages 145-7.
- Enjeux du dépistage de la luxation congénitale de hanche, Editorial R. Kohler, Archives de Pédiatrie 2011, Tome 18, pages 935-8.

mise à jour : 2013-04-10




Valid HTML5

haut de la page