Abécédaire de Pédiatrie
11e édition
ou "Comment éviter les grosses erreurs" en pédiatrie
Accueil
Avant-Propos
L'Abécédaire
A B C D E F G H I
L M N O P R S T V

Consultation pédiatrique
Les temps du médecin
Liens
Lectures
Recevoir un exemplaire
Rester informé
Version PDF
Auteurs

Pieds

1 - Pieds Plats

Avant 10 ans, ils sont physiologiques s’ils sont souples, symétriques et indolores. Les semelles orthopédiques n’ont donc pas de justification (sauf pour traiter la déformation accélérée des chaussures...et encore !)

À l’âge adulte, ils n’étaient même plus une cause de réforme pour l’ex-service militaire. C’est dire si l’on peut s’interroger sur leur caractère pathologique ! En outre ce sont ceux qui ont les pieds plats qui gagnent les médailles dans les épreuves de course aux jeux olympiques !!!

On a connu une maman qui avait répandu du sable dans la chambre de son enfant, car on lui avait dit qu’il fallait qu’il marche sur le sable...

2 - Pieds qui tournent

Mot des mamans qui désignent de façon très vague les perturbations primitives de la marche de l’enfant. À l’exception du metatarsus adductus, tous sont physiologiques. Seules les déformations majeures justifient un traitement. Stop à la Kinési... (Voir ce chapitre).

Ne pas se limiter à l’examen des pieds mais analyser l’ensemble des membres inférieurs. Le plus souvent ce n’est pas le pied qui tourne mais le tibia (torsion tibiale interne) ou le fémur (ante torsion fémorale). Ces anomalies « torsionnelles » du squelette s’observent entre 2 et 8 ans avant de se corriger spontanément. Le port de semelles orthopédiques est d’indication rarissime et... illogique.

3 - Pieds du nouveau-né

Les anomalies sont le plus souvent des malpositions simples par conflit intra utérin. L’examen à la naissance doit s’assurer que la déformation est souple et réductible.
Dans ce cas, pas de rééducation (voir Kinésithérapie) et recommander des simples manipulations parentales.
Si la déformation n’est pas (ou incomplètement) réductible (pied bot), elle est alors plus sévère et justifie une prise en charge spécialisée.

NB : une déformation simple des pieds de l’enfant ne constitue pas un « facteur de risque » pour la luxation de hanche (voir ce chapitre).

hassante.fr

mise à jour : 2013-04-09




Valid HTML5

haut de la page