Abécédaire de Pédiatrie
11e édition
ou "Comment éviter les grosses erreurs" en pédiatrie
Accueil
Avant-Propos
L'Abécédaire
A B C D E F G H I
L M N O P R S T V

Consultation pédiatrique
Les temps du médecin
Liens
Lectures
Recevoir un exemplaire
Rester informé
Version PDF
Auteurs

Vaccins

Tous les vaccins préconisés chez l’enfant ont fait la preuve qu’ils étaient moins dangereux (de très loin) que la pathologie naturelle correspondante... Cette balance risque-bénéfice est dans l’esprit de chaque médecin pour chaque décision, les parents ont le droit de savoir le pour et le contre.
Pour l’hépatite B par exemple, le vaccin évite à coup sûr beaucoup plus d’hépatites chroniques, cirrhoses et cancers, qu’il ne provoque de SEP, non décrites après vaccin chez le jeune enfant et d’imputabilité discutée chez l’adulte... Pour la rougeole, il y a 1000 fois moins d’encéphalites avec le vaccin qu’avec la maladie.

Respecter le programme vaccinal, régulièrement mis à jour (mais aussi, strictement, les rares et précises contre-indications données sur les monographies. La rhinopharyngite n’en fait pas partie !).

Pas de délai particulier entre deux vaccins différents, sauf pour les vaccins vivants viraux (ROR, varicelle), après lesquels il faut respecter un délai de 1 mois. Un programme vaccinal qui a pris du retard doit être repris là où il a été arrêté et complété par le nombre d’injections manquantes.

Surveiller le calendrier... il change régulièrement !
Le DTP est obligatoire.
Le BCG ne donne plus lieu à une obligation, à des contrôle, ni à des revaccinations, sauf population à risque. Un rappel de coqueluche est conseillé vers 16-18 mois, avant 11-13 ans (rattrapage jusqu’à 18 ans) et vers 25-28 ans, pour éviter les coqueluches de l’adulte et surtout la contamination des nourrissons par leurs parents.

Le vaccin contre l’hémophilus ne protège pas contre les otites et pneumopathies, mais contre méningite et épiglottite. Les vaccins en général ne protègent pas contre les infections ORL répétées.

Vaccination

Les vaccinations des enfants peuvent protèger les parents, voire grands parents dans certains cas (pneumocoque). Beaucoup d’épidémies ont leur origine dans les crèches ou les écoles !

Tout médecin pratiquant des vaccins doit avoir de l’adrénaline sous la main.

Actualités : deux vaccins contre le Rotavirus sont disponibles en France, ils protègent contre les formes graves du jeune nourrisson. Ils ne sont pas encore remboursés, mais il en est question, suivez l’actualité ! Plusieurs pays vaccinent, avec une réduction impressionnante des cas de gastroentérites sévères. Deux vaccins contre le Papillomavirus (responsable de la plupart des cancers du col utérin) sont également disponibles, pour les filles de 14 ans, avec rattrapage de 15 à 23 ans (au plus tard dans l’année qui suit le premier rapport sexuel). Il est remboursé.

Faut-il rappeler que vous, médecins ou paramédicaux, êtes une population à risque pour de nombreuses maladies, à risque de les attraper et de les transmettre ? Vérifiez vos vaccinations contre :
DTP, Hépatites A et B, grippe, coqueluche, varicelle, oreillons, rubéole...

inpes.sante.fr
sfpediatrie.com (hépatite B)

mise à jour : 2013-04-10




Valid HTML5

haut de la page